YU Xin | 余欣

Histoire chinoise médiévale | 中古中国历史

 

 Résumés | 内容提要

 

Vendredi 13 février 2015

Étude sur le zhujunda : l’épopée d’un légume le long de la route de la Soie

 

Dans le Zaji shiyao yongzi du manuscrit de Dunhuang P.3391, on voit apparaître dans une rubrique intitulée « légumes » le mot « zhujunda », qui constitue une énigme à part entière. Afin de tenter de reconstituer ce qui se cache derrière ce mot et son sens dans l’histoire de la vie sociale en Chine médiévale ainsi que dans l’histoire des échanges culturels entre Orient et Occident, nous avons étudié sous l’angle de la philologie et de l’histoire naturelle des matériaux provenant de documents archéologiques, de livres médicaux, de notes ou encore d’encyclopédies. Au terme de notre étude, nous avons pu parvenir aux conclusions suivantes : l’introduction en Chine de la blette et de la betterave s’est vraisemblablement faite par la Perse. La première, introduite sous les Sassanides, tire son nom, « junda », du moyen-perse, tandis que la deuxième, introduite au moment de la conquête arabe de l’Iran et de son islamisation, tire son nom, « zhujunda », du persan moderne. Le zhujunda a commencé à être échangé au début du Xe siècle, ce qui peut être mis en lien avec la période de prospérité que connaît à cette époque la dynastie des Samanides. Les objets et idées originaires d’Iran qui ont été introduits en Chine ainsi que les termes utilisés pour les désigner ont contribué à enrichir la civilisation médiévale chinoise.

 

2015年2月13日,周五

诸军达考:一种蔬菜的丝路传奇

 

敦煌文献P.3391《杂集时要用字》“菜蔬”类目之下有一个名称“诸军达”,令人费解。本文运用出土文献、医籍、笔记、类书中的材料,从语文学和博物学两方面进行考察,力图廓清其名实,并揭示其在中古时代社会生活史和东西文化交流史上的意义。经过考辨,本文得出如下初步结论:叶用甜菜和根用甜菜应该都是由波斯传入的,叶用甜菜传入的时间是在萨珊伊朗时期,采用的译名“军达”或“莙荙”来自中古波斯语。根用甜菜传入时间是在阿拉伯入侵伊朗之后的伊斯兰化时期,采用的译名“诸军达”源于新波斯语,其时间下限为十世纪早期,可能与此时处于兴盛期的萨曼王朝的交往有关。源自伊朗诸族的事物和相应的语词进入中国社会,丰富了中古中国文明。

 

Vendredi 6 mars 2015

Étude sur la physiognomonie du cheval sous les dynasties des Han et des Tang, à partir de documents archéologiques

 

La physiognomonie du cheval est un domaine majeur de l’art divinatoire xingfa pratiqué dans l’Antiquité chinoise. Le xingfa était une technique pratique qui recourait à l’observation pour juger de la dimension propice ou non des choses ; il servait également dans la Chine traditionnelle de paradigme de base pour la compréhension du monde et de sa raison d’être. Toutes sortes d’ouvrages sur la physiognomonie ont dernièrement été exhumés, dont le nombre et la variété laissent à penser que la physiognomonie occupait une place conséquente dans les connaissances, les croyances et la société de la Chine traditionnelle. Mais les recherches menées sur ce sujet sont encore largement incomplètes. Pour les besoins de cet article, nous avons étudié des ouvrages sur lattes de bambou datant des Han découverts à Dunhuang et Xuanquan, d’autres datant des Qin à Shuihudi, un livre sur soie exhumé à Mawangdui, des manuscrits venant des grottes de Mogao obtenus par Stein à Dunhuang, ainsi que les dernières découvertes en date de vestiges culturels et de peintures murales traitant de la physiognomonie du cheval. Nous les avons confrontés à des ouvrages passés à la postérité comme les Principales techniques pour le bien-être du peuple, afin d’étudier les origines et le développement de la physiognomonie du cheval pendant les dynasties des Han et des Tang. Nous espérons que notre étude aidera à mieux connaître l’art du xingfa tel qu’il était pratiqué en Chine médiévale. 

2015年3月6日,周五

《考古资料所见汉唐相马术考》

相马术为中国古代方术“形法”的一个重要方面。所谓“形法”,即通过对世间万物有形之体的物象的观察,因形容求声气,推其数理,辨其吉凶善恶的实用性技术,也是传统中国理解世界及其存在意义的基本范式。近年来,出土文献中屡见各类“相书”:马王堆帛书《相马经》,阜阳双古堆汉简《相狗经》,银雀山汉简《相狗方》,居延新简《相利善刀剑》。凡此种种相物之书,均表明其在传统中国的知识、信仰与社会中占有重要地位。然而整合性的探讨,仍然很不充分。本文以斯坦因第二次中亚探险所获敦煌汉简、马王堆帛书、睡虎地秦简、敦煌悬泉汉简、藏经洞文献以及出土文物和壁画中有关相马的新材料,证之以《齐民要术》等传世文献,对汉唐间相马术的源流进行了探讨,希望有助于加深我们对中古时代形法的认识。